Une Catezh pour la Garonne … et pour tous !

Les zones humides fournissent de nombreux services à nos sociétés : atténuation des crues, épuration des eaux, soutien d’étiage, alimentation des nappes phréatiques, contribution au maintien des paysages et d’une biodiversité souvent unique à ces milieux.

Le code de l’environnement affirme le principe selon lequel la préservation et la gestion durable des zones humides sont d’intérêt général. Pourtant les zones humides sont plus menacées que jamais, la courbe de diminution des surfaces commence, seulement à s’infléchir, mais les prairies humides restent les plus en danger de disparition.

Les dysfonctionnements de leur écosystème engendrent de fortes problématiques d’espèces envahissantes dont la gestion reste complexe et peu efficace.

Voici huit ans maintenant que la CATeZH Garonne a vu le jour. Améliorer la prise en compte des milieux humides de Garonne afin de restituer leurs fonctions écologiques et hydrauliques, tel est l’objectif principal de la CATeZH Garonne. Son territoire d’action est constitué de l’ensemble des zones humides du corridor garonnais en Midi-Pyrénées (Haute Garonne et Tarn-et-Garonne), soit environ 1900 hectares. Ce territoire, dont la majeure partie est en Natura 2000, se compose de zones humides riches et variées telles que bras morts, forêts alluviales, plages de galets ou pelouses fluviales.

Les zones humides de Garonne subissent directement l’artificialisation du lit mineur du fleuve conduisant à l’incision des affluents et à assèchement des bras-morts et forêts alluviales.

Au vue de cette situation, quels sont les moyens et les leviers d’actions à mettre en œuvre dans notre gestion des zones humides alluviales ?

Continuer à faire vivre nos projets, vos projets pour observer, suivre et comprendre l’évolution de ces milieux et leur adaptation au changement climatique : les milieux humides, de par leurs caractéristiques intrinsèques, sont très productifs en biomasse. Ce qui ne doit pas laisser croire qu’ils peuvent s’adapter à toutes les modifications que les usages font subir aux écosystèmes. Si la nature a un pouvoir de résistance parfois étonnant, il reste aujourd’hui à prouver qu’une résilience est possible et si oui jusqu’à quel niveau. Ceci doit nous inciter à poursuivre nos efforts pour accompagner ces adaptations autour de notre Garonne.

Nous pouvons nous réjouir que la pertinence de nos actions repose désormais sur une vision plus globale de nos rivières, remettant en cause les anciennes conceptions simplificatrices de la maîtrise des cours d’eau : réouverture de cours d’eau busé, suppression de seuil et rétablissement de la continuité écologique et du transport solide grâce à des opérations de renaturation, et de réappropriation des espaces riverains.

La gestion de cours d’eau et zones humides s’inscrit désormais dans un projet de territoire : l’inventaire des zones humides alluviale de Garonne, l’intégration de la trame verte et bleue (TVB) dans la réalisation des plans locaux d’urbanisme (PLU), la gestion des milieux aquatiques et de la prévention des inondations désormais (GEMAPI) sous la compétences des intercommunalités, sont autant d’outils au service d’une meilleure gestion du territoire.

L’ignorance fait place peu à peu à une prise de conscience d’une gestion plus globale de nos territoires, par toujours davantage d’acteurs, au service d’une protection et d’une mise en valeur du cadre de vie des citoyens et de leurs générations futures.

La GEMAPI est une opportunité pour un travail collaboratif à une échelle pertinente de bassin-versant et d’agir sur l’ensemble des zones humide plus « ordinaire ».

N’oublions pas que la Garonne nous rend au centuple les services que nous lui offrons, alors en ces phases de transitions climatiques et écologiques, continuons et élargissons nos efforts autour de notre Garonne.

Marc Senouque, Président Nature Midi-Pyrénées

Février 2017