Glossaire

Nous donnons ici les définitions des termes techniques ou scientifiques propres aux notions de dynamique fluviale et d’écologie des zones humides, et utilisés ailleurs dans ces pages.
Autorisation d’occupation temporaire : instrument juridique qui permet à l’Etat d’accorder à un tiers un droit réel sur son Domaine Public Fluvial (exploitation agricole, prélèvement d’eau, gestion écologique…).

Bassin versant : aire délimitée par des lignes de partage des eaux à l’intérieur de laquelle toutes les eaux tombées alimentent un même cours d’eau, un lac ou la mer. Les sous-bassins versants des petits cours d’eau font partie du bassin versant des plus grands. Par exemple, les sous bassins versants de la Save et du Tarn font partie du bassin versant de la Garonne.

Benthique : animaux ou végétaux qui vivent fixés au fond de l’eau ou qui se déplacent en le rasant.

Chiroptères : Ce sont les chauves-souris, de l’ordre des mammifères.

Concave : arrondi vers l’intérieur. C’est la partie extérieure d’un méandre, en creux, secteur ou le cours d’eau érode.

Continuité écologique : se définit par la possibilité de circulation des espèces animales et le bon déroulement du transport des sédiments dans un cours d’eau. La continuité entre amont et aval est entravée par les seuils et barrages, alors que la continuité latérale est impactée par les les digues et les protections de berges.

Convexe : arrondi vers l’extérieur. C’est la partie intérieure d’un méandre, où les matériaux se déposent.

Entomofaune : partie de la faune constituée par les insectes.

Étiages : correspond à la période de l’année où le niveau d’un cours d’eau atteint son point le plus bas (basses eaux).

Hygrophiles : désigne les plantes qui s’adaptent à des conditions d’humidité élevées au cours de leur développement. Par exemple, la plupart des carex sont des plantes hygrophiles.

Limicoles : du latin limus « limon », c’est le nom donné aux petits oiseaux à longues pattes (échassiers) qui fréquentent les zones humides (marais, berges vaseuses, bords de lacs, prairies inondées…) et qui consomment des petits invertébrés vivant dans la vase ou l’humus.

Lit mineur : chenal où l’eau s’écoule avant débordement. Il peut être occupé en permanence ou de manière saisonnière. Les ilots, les atterrissements, certains bras-morts font parties du lit mineur.

Lit majeur : espace occupé par l’eau lors des grandes cures, il correspond au niveau de la plus grande crue historique enregistrée

Méandre : sinuosité très prononcée du cours d’un cours d’eau qui se produit naturellement lorsque le courant est suffisant pour éroder les berges. Les méandres se trouvent plutôt dans la plaine, lorsque la pente est relativement faible.

Mésophile : En botanique, mésophile se dit d’une plante ou d’un groupement végétal adapté à des conditions moyennes d’humidité

Nappe alluviale : nappe d’eau qui circule dans les sédiments des rivières, c’est le plus souvent la nappe d’accompagnement d’un cours d’eau. Elle est constituée des alluvions déposées par le cours d’eau.

Saproxyliques : du grec sapros « en décomposition » et xylos « le bois », les organismes saproxyliques dépendent du bois mort en tant qu’abris ou source de nourriture pour leur cycle de vie.
Exemple : Les larges du Lucane cerf-volant se nourrissent du bois mort des forets alluviales.

Saumâtre : se dit d’une eau dont la teneur en sel est sensiblement inférieure à celle de l’eau de mer. Les eaux saumâtres se rencontrent principalement au niveau des estuaires.