Méandre de Port Haut

Ancienne gravière, le site de Port Haut a connu une longue période d’abandon durant laquelle les dépôts sauvages ont envahi la quasi-totalité du site. En 2006, la commune de Saint-Jory s’engage dans la réhabilitation de ce méandre, permettant notamment au bras mort de retrouver ses fonctionnalités et à la nature de reprendre ses droits. En 2007, la commune intègre la Communauté de Communes Hers-Garonne, puis en 2011, le Grand Toulouse. Aujourd’hui la communauté urbaine a pris le relai de la gestion.

Surface du site : 20 hectares
Statut :

  • Z.N.I.E.F.F. de type II l Z2PZ2066 « Garonne et milieux riverains, en aval de Montréjeau » et Z.N.I.E.F.F. de type I Z2PZ0316 « La Garonne de Montréjeau jusqu’à Lamagistère » ;
  • A.P.P.B. n°002 « Biotopes nécessaires à la reproduction, à l’alimentation, au repos et à la survie des poissons migrateurs de la Garonne, l’Ariège, l’Hers vif et le Salat » du 19 octobre 1984 ;
  • S.I.C. Natura 2000 FR 7301822 « Garonne, Ariège, Hers, Salat, Pique et Neste » ; Z.P.S. Natura 2000 FR 7312014 « Vallée de la Garonne de Muret à Moissac ».

Maître d’ouvrage : Communauté Urbaine Toulouse Métropole
Assistance technique : CATeZH Garonne
Foncier : Domaine Public Fluvial amodié à la commune de Saint-Jory
Communes : Saint-Jory

Plan de gestion 2006 – 2010

Etat initial : Le diagnostic réalisé en 2006 a mis en évidence une zone d’érosion diffuse latérale en berges. Un bras mort connecté à la Garonne est coupé dans sa partie centrale par un passage busé. Le site et les parcelles forestières privées adjacentes constituent une zone tampon de 500 mètres entre la plaine et la Garonne.

D’un point de vue écologique, on dénombre une grande diversité d’habitats humides bien que de petites surfaces; les milieux ouverts, majoritaires sur le site présentent un intérêt certains car ils sont rares sur le corridor; ils sont particulièrement attractifs pour l’entomofaune et le Lézard vert (Lacerta bilineata). La flore n’est pas en reste avec deux espèces patrimoniales : l’orme lisse (Ulmus laevis) et la gesse tubéreuse (Lathyrus tuberosus). C’est aussi une zone de transit et de refuge pour les mammifères comme le murin de Bechstein (Myotis bechsteini) une chauve-souris et le putois (Mustela putorius) ; enfin, le bihoreau gris (Nycticorax nycticorax) trouve ici un lieu d’accueil et le milan noir (Milvus migrans) utilise le milieu pour son alimentation.

C’est un site historique comme le traduit une représentation picturale de la traversée de la Garonne par les britanniques lors de la bataille de 1814. Mais en 2006, ce méandre est très dégradé par de nombreux dépôts de toutes sortes et des pratiques illégales en Domaine Public Fluvial (4X4, quad, trial, chasse hors gibier d’eau…) qui se sont développés après le retrait de la carrière.

Menaces principales : Dégradations anthropiques, pollutions diverses et pratiques illicites, perte de fonctionnalités du bras mort, dérangement de la faune surtout en période de reproduction, espèces invasives.

Enjeux et objectifs prioritaires : Restaurer la fonctionnalité du bras-mort et réhabiliter les milieux ouverts et semi-ouverts. Réaffirmer l’identité naturelle du site et valoriser ce dernier d’un point de vue pédagogique.

Actions phares :

  • Octobre 2006 : opération nationale « Moins d’ordures pour la nature » avec élus, représentant de l’Etat, France Nature Environnement, 150 bénévoles, riverains etc…: enlèvement de 350 m3 de déchets ;
  • Suppression du passage busé en travers du bras mort et entretien de la connexion aval : ce dernier retrouve ses fonctionnalités ;
  • Création d’un sentier hors zones sensibles pour la flore et la faune avec signalétique d’interprétation.

Plan de gestion 2012 – 2016

Les enjeux et objectifs restent identiques au précédent plan de gestion. L’accent est mis sur l’acquisition des compétences des services techniques.

Actions phares :

  • suivis d’érosion latérale ;
  • surveillance de la connexion aval du bras ;
  • poursuite de la gestion des milieux ouverts avec gestion d’espèces invasives.

Perspectives : Seul site de ce secteur de Garonne en milieu majoritairement ouvert, il a une vocation d’accueil du public dans une optique pédagogique vis à vis du fleuve et reste préservé pour la nature qui reprend peu à peu sa place.

Le + du site : L’un des premiers sites réhabilité sur la Garonne en Midi-Pyrénées.

Parking et sentier pédagogique.

Contacter le ou les gestionnaire(s) : Communauté Urbaine Toulouse Métropole et commune de Saint-Jory

toulouse_metropole saint_jory1_transparent